Un lycée spécialisé dans l'apprentissage et l'éducation des monstres !
[NC-16 || Forum Hentai/Yaoi/Yuri]
N'oubliez pas d'aller signer le règlement après votre inscription ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas d'aller signer le règlement : http://lycee-yokai-v2.forumactif.org/t30-signature-du-reglement-obligatoire
VOTEZ RÉGULIÈREMENT AUX TOPS SITES, MERCI ♥

Partagez | 
 

 Les liens de la panthère ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Les liens de la panthère ♥   Mar 14 Juil - 18:46

Arthémys Nyx
En cours
Achevés
Abandonnés
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Les liens de la panthère ♥   Mar 14 Juil - 19:07

Nyx
Arthémys
22 ans ● 4ème années
L’atmosphère qui régnait dans les bois ce jour-là la fit frissonner. La forêt, qui d’ordinaire lui apportait apaisement et réconfort, lui donnait plutôt envie de fuir loin. Elle ne comprenait pas pourquoi ses sens se détraquaient ainsi. Ses poils se hérissaient tandis qu’un signal d’alerte lui vrillait le crâne. Mais bon sang que ce passait-il donc ? Pourquoi était-elle dans un tel état de paranoïa ? L’atmosphère habituellement légère des bois était chargée, lourde de menace… Du moins, elle le croyait. Alors qu’elle levait les yeux vers le ciel, elle le vit gris et menaçant. Voilà la réponse à ses interrogations précédente : le temps changeait brutalement, le vent se levait, la nature se préparait à essuyer une mini tempête et son instinct la mettait en garde contre cela. Oui, maintenant qu’elle y réfléchissait, c’était évident. Elle serra son précieux paquet contre son sein, elle devait y arriver.

Un long gémissement s’éleva d’entre les arbres lorsque le vent souffla, balayant les feuilles mortes, la repoussant, comme pour lui signifier qu’elle n’était pas la bienvenue ici. Ce gémissement, si semblable à une plainte d’agonie augmenta son rythme cardiaque, la peur courant à travers ses veines. On ne voulait pas d’elle ici, et clairement, elle ne voulait pas se trouver ici. Alors qu’elle restait plantée là, cherchant à faire obéir ses membres, le vent redoubla de force, ses cheveux lui fouettant le visage. Elle trouvait enfin la force de bouger et tournait les talons sans demander son reste. Des bruissements et autres son sinistre se firent entendre tout autour d’elle, augmentant l’atmosphère oppressante qui régnait ici. Elle se mit à marcher de plus en plus vite, jusqu’à courir, protégeant son chargement comme elle pouvait, les yeux s’emplissant de larmes. Jamais elle n’avait eu aussi peur de toute sa vie. Une pensée la traversa d’un coup, la faisant tomber. Pourrait-elle sauver ce petit être qu’elle serrait contre sa poitrine ? La peur qu’elle éprouvait, bien que toujours pressante, fit place à l’inquiétude. Où était-il ? Elle savait qu’il se trouvait dans le sanctuaire, mais y arriverait-elle ? Elle devait y arriver, pour le bien du nouveau-né qu’elle portait. Pour le sauver, elle devait trouver Aaron. Il était comme puissant, il protégerait l’enfant, envers et contre tous. Elle se devait de le retrouver, du plus profond de ses entrailles, cette vérité éclata dans son crâne comme une illumination.

Elle dut lutter contre la rage du vent pour se remettre debout, tout en luttant contre ses émotions pour ne pas être totalement submergée par ces dernières. Peur et inquiétude étaient ses ennemies dans cette situation. Elle ne la ferait que paniquer. Hors elle ne pouvait pas se le permettre tant que le bambin ne serait pas en sécurité. Alors qu’elle gémissait sous l’effort, le vent se stoppa net et elle faillit retomber. Elle se redressait lentement, comme une victime prise entre deux feux croisés. Autour d’elle tout semblait mort, alors qu’un instant auparavant, l’enfer ce déchaînait sur terre… C’était à n’y rien comprendre. Mais elle profitait de cette accalmie pour se remettre à slalomer entre les arbres pour atteindre la sortie de cet amas d’arbres maudits, se jurant ne de plus jamais y mettre les pieds. Comme s’il l’avait entendu, le vent rugit à nouveau, l’éjectant presque du coeur des bois pour la jeter dans les entrailles de la montagne. Elle titubait alors que ses pieds se posèrent sur les roches, tentant de retrouver son équilibre. La sensation d’oppression diminua alors qu’elle s’éloignait lentement de cette forêt maudite, les larmes aux yeux. Au loin, les lumières du sanctuaire vrillaient lentement, au grès de la brise… Voir cela la galvanisa et elle reprit ma course folle. Mais alors qu’elle avançait, tenant le petit contre elle, elle sentait sa vie s’enfuir lentement mais indéniablement de son corps meurtrit par l’accouchement et les violences subit par cet homme. Elle tiendrait. Pour la survie de son enfant, elle survivrait.


Avant qu’elle n’est le temps de faire quoique ce soit, la sensation d’étouffement la reprit d’un coup alors qu’une puissante bourrasque la prit sur le flan. Elle gémit en écarquillant les yeux. Elle devait le retrouver, elle devait protéger sa progéniture, elle le devait. A l’idée qu’il lui arrive malheur, à l’idée de ne pas être assez forte tandis que la nature s’efforçait de la chasser loin de tout, de la priver de sa seule chance de sauver son enfant. Elle devait se calmer, mais les bruits reprirent, sourds pour une oreille normale, hurlement d’agonie pour elle… Elle ne savait pas quel chemin prendre, son corps ne lui obéissait plus. Puis cette cage de chaire se mit à trembler, comme prit d’hystérie. La mort la poursuivait. Ce soir était celui de son trépas, elle le sentait.

Les rugissements du vent cessèrent en même temps que les chuchotements d’agonie, la tension redescendant. Elle put à nouveau respirer, tétanisée. Sa jambe bougea ! Alors, difficilement, elle se remit debout. L’air sentait la pluie. Tout sauf ça. Elle devait protéger son enfant. Il le fallait… Sa main se posa d’elle-même sur le sol, lentement, son esprit reprit le pouvoir sur ses peurs et elle fut debout. D’abord oscillante, elle put rapidement se tenir à nouveau droite et se calmer. Du moins, essayer. Son regard croisa celui vairons du bambin et son cœur se brisa. Sans un mot, elle reprit sa route, voulant sauver sa fille. Mais son destin semblait scellé, lié à celui de son poursuivant. Le vent lui rugit son désaccord et elle ne put faire un pas de plus. Lorsqu’un calme plat retomba, elle fit face à cet homme que le destin semblait mettre sur sa route. Elle ouvrit la bouche et se mit à parler, incohérente, hagarde.

-Pitié… Laisse-moi sauver l’enfant, je te suivrai, mais laisse-moi sauver notre fille ! Je t’en supplie Valentys…

Devant elle se tenait un homme à la chevelure couleur corail, le visage dévasté par la douleur. En le regardant, elle constata que sa fille avait les yeux de son amant et bourreau. Pourrait-elle sauver le fruit de leur amour ? Elle ne voulait pas que sa fille soit meure de la main de son père et lui ne voulait pas qu’elle soit une Nahual comme sa mère.

-Je refuse Astréa…Je préfère la voir mourir aujourd'hui que devenir un monstre comme toi... Pourquoi ai-je du t'aimer ? Toi, le monstre !!!

-Je t’aime… Oh Valentys, ose me dire que tu n'aimes pas cette petite ! Je ne suis pas un monstre, je suis simplement différente de toi ! Crois-tu sincèrement que je soit un monstre alors que je n'ai jamais tué personne ? Vous les humains, êtes bien pire monstres que nous autres. Vous passez votre vie à vous entre tuer pour des broutilles ! Je ne te laisserais pas tuer ma fille Val, jamais.

Elle pleurait. Cette valeureuse femme panthère pleurait. Car elle perdait sa fille et mourrait sans pourvoir regarder son enfant grandir. L’accouchement avait été terrible, punition divine d’avoir partagé son cœur entre les siens et un humain. Son énergie quittait son corps, seule la force de sa volonté la maintenait debout. Comme mu par le destin, Valentys la prit dans ses bras au moment où elle s’affaissait. Il pleurait tout autant que sa belle, mais pas uniquement par la potentielle perte de sa fille, mais aussi car il sentait la mort imminente de cette femme qu’il aimait. A cet instant précis, il haïssait tous les dieux de l’univers, abhorrant les croyances futiles comme quoi les créatures de la nuit étaient des monstres. Seigneur, comment avait-il pu se laisser ainsi tourner l'esprit ? Il l'aimait, du plus profond de son âme !

Ce militaire, autrefois si fière et prompt à lutter pour son pays était anéantit en assistant à la mort de sa moitié. Il pleurait alors que la belle brune rendait son dernier souffle dans une ultime déclaration d’amour. Alors, avec une infinie délicatesse, contrastant avec sa puissance, il prit le petit être qui gémissait tristement dans les bras de sa défunte mère. Il ne pouvait plus rien pour celle qu’il aimait, mais il pouvait encore honorer sa dernière volonté, quitte à en avoir le cœur détruit définitivement. Il se releva, lentement, imposant sa puissante stature face aux éléments déchaînés. La Terre n’était pas satisfaite de ce sacrifice. Il n’y avait pas d’une vie pour une vie. Car il n’y avait aucune compassion divine. Aucun geste de pitié pour cette nouvelle vie, pour cette nouvelle innocence apparue sur terre. Le vent rugit, comme une ultime menace avant que la sentence ne tombe.

Abandonnant le corps de sa douce, il gravit lentement mais sûrement les falaises qui le séparait du foyer si cher au cœur d’Astréa. Il s’arrêta en protégeant le petit corps si faible qui s’agitait contre son torse. Devant lui, le manoir ancien semblait si calme, si… Tranquille… Il inspira puis avança, luttant contre ses pulsions. Contre son envie de faire demi-tour. Il comprit qu’il ne pourrait pas continuer à servir son pays après cela, il n’avait plus fois en personne. Il se délesta donc de son arme, renonçant ainsi au combat, abandonnant son titre de capitaine. Il se glissa silencieusement, traversant le parc à la recherche de la porte, conscient qu’il n’avait plus aucun avenir possible dans ce monde, il était un traître aux yeux des siens, un ennemi aux yeux des autres. Que faire, où aller ? Il ne voulait pas y pensé. Il s’arrêta dans l’ombre de la bâtisse. Devant lui se tenait l’endroit où vivrait sa fille. La demeure était grande, assez chic, mais il ne doutait pas une minute qu’elle serait heureuse ici. Il baisa les yeux sur son enfant, avant d’être happé par le regard vairons de cette petite chose. Au fond d’elle, il ressentit un puissant amour, emplit de bonté et de douceur. Tant d’abnégation dans un si petit corps lui fit perdre tous ses moyens. Il s’effondra, tombant sur ses genoux, pleurant, le cœur apaisé.

Il ne pouvait quitter les yeux de sa fille, pleurant sans honte tandis qu’une vision d’un autre temps, d’une autre époque emplit son esprit. Un temps futur, lointain, qu’il ne connaîtrait jamais. Il la vit, grande, femme, arborant ses attributs félins sous les rayons chauds du soleil. Elle semblait heureuse, ses yeux brillant tandis qu’elle posait le regard sur un homme. Celui-ci semblait satisfait, ne se rendant pas compte de l’amour que sa fille lui portait. Un amour fraternel, puissant et loyal. Elle riait. Elle était désormais une femme. La vision changea et il l’a vit sur un champ de bataille, mettant sa vie en jeu pour les siens, se battant avec le courage de sa mère et la fougue du sang soldat qui coulait en elle. Oui sa fille accomplirait des miracles.  L’ancien militaire ferma les yeux. Son cœur était emplit de paix et d’amour, pour la première fois de sa longue et triste vie il était apaisée, acceptant son destin. Il avait parfaitement conscience que cette vision lui avait été envoyé par Astréa depuis l'au-delà, pour l’apaiser, une promesse d’un futur où sa descendante serait en vie. Il avait maintenant une preuve que sa fille lui survivrait. Une lueur d’espoir et d’amour parmi le désespoir de l’humanité. Il se surprit à sourire, rouvrant les yeux pour embrasser le front de son enfant.

Il se releva, droit, et avança vers le manoir. La lune l’éclairait telle une âme rédemptrice accomplissant son acte de pénitence. Il déposa sa fille au pied de cette demeure empli d’amour puis, prit d’une pulsion, il retira le collier qu’il portait. Un pendentif pendait au bout de cette chaîne : un médaillon ovale contenant se photo et celle de son aimé. Symbole de paix qu’il avait reçu de sa douce moitié quelques mois plus tôt. Il le mit autour du coup du poupon et il aperçut un papier, entremêlé dans les plis de sa couverture. Dessus, outre sa ligné maternelle et paternelle, il y avait un nom. Arthémys. Des larmes de joie coulaient le long de ses joues. Ainsi Astrea avait donné le nom de sa propre mère à leur fille…

Il frappa trois coups à la porte avant de retourner dans les bois, caché aux yeux de tous. Quelques secondes plus tard, une femme d’un certain âge vint ouvrir. Elle chercha à hauteur d’yeux qui avait bien pu toquer quand elle écarquilla les yeux et regarda à ses pieds. Dès que leurs regards de croisèrent, le visage dur et bougon devint une mosaïque de tendresse et de gentillesse. La vielle femme se baisa et prit l’enfant contre sons seins, la berçant en tentant de trouver qui avait bien pu laisser un être si fragile à la merci des éléments. Mais elle ne vit rien d’autre que la pleine lune, illuminant le plan d'eau dans le parc, lui donnant une beauté telle que le soleil serait bien incapable. La porte se referma et Valentys resta de longue minutes, tiraillé entre l’envie de récupérer sa petite et celle de partir pour la laisser suivre son destin.

Si seulement la vie était plus douce et les punitions divines moindres. Au moment où Valentys décida de partir, laissant sa file au bon soin du Sanctuaire, une puissance détonation éclata, électrisant l’air. Une puissance telle ne pouvait émaner que d'un... Un quoi ? Telle est la question ?Ainsi les chasseurs étaient bel et bien présent en ce monde. Ce combat là le regardait tant que sa fille vivrait ici. Ainsi, lorsque le le calme revint ici, il se mit en travers de la chose qui arrivait droit sur lui et utilisa sa propre puissance, puissant jusqu’à la dernière lueur de vie, la transformant en énergie, pour se battre. Il sauverait son enfant. Il sauverait ce en quoi croyait sa douce.  Dans un dernier effort, ultime prière envers Dieu, il concentra toute sa volonté, son amour et sa vie, créant ainsi un miracle : la créature recula. Alors que son corps se désintégrait, suite à une attaque sans doute magique, au gré d’une douce brise, il se retourna légèrement et regarda l’orphelinat en souriant. A jamais sa descendance serait en sécurité. Il leva le visage vers le ciel étoilé, conscient qu’un combat venait de s’engager pour la protection des êtres de la nuit, et ferma les yeux, l’âme en paix. Alors que sa vie et son corps devinrent poussière, il espéra ne faire qu’un avec sa propre fille, devenir sa force et son courage, comme une rédemption de ses actes passés. Seul le temps nous dira si cette requête ultime d’un père donnant sa vie pour sa fille sera exaucée ou non…

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

-Nous autres sommes bénis. Mais nous ne sommes pas des dieux. Il y a des milliers d'années de ça, le Dieu Tezcatlipoca est descendu sur Terre pour bénir certaines familles. Ainsi, chaque nouveau né, reçut un esprit totem en lui. Allant de paire avec la mentalité de chaque enfant, ainsi un loup, un coyote, un jaguar, un hiboux et un âne furent liés à ses petits être, devenant les guides du dieu sur Terre, ses représentants. Ainsi, génération après génération, les enfants de ses premiers Nahuals devinrent eux-même des métamorphes et...

-Mais tonton, pourquoi on à chacun un animal différent ?

L'homme sourit à la petite à qui il comptait l'histoire de leur race. La petite panthère noire aux cheveux de feux et yeux vairons était adorable. Ses petites oreilles, preuve de l'appartenance au Nahual, gigotaient dans tous les sens, preuve de sa joie et de sa curiosité. L'enfant qu'il avait adopté était une véritable joie dans sa vie, lui le solitaire se retrouvé à élever une enfant comme lui, la protégeant du monde extérieur en lui enseignant tout ce qu'il savait. Mais il devait avouer ne pas être apte à lui enseigner grand chose. Les bases oui, quand au reste... C'est pour cela qu'il avait commandé tant de livre traitant de tout les sujet possible, s’instruisant pour au final être capable de la préparer à vivre dans se monde. D'autant plus qu'ils ne pourraient pas rester ici indéfiniment, ils devront partir un jour où l'autre s'ils voulaient rester en vie. Si Aaron était un Nahual coyote vieux de presque cent cinquante ans, il était avant tout un Hermite, plus souvent coyote qu'humain. Sauf ses cinq dernières années, pour éduquer l'enfant. Heureusement pour lui, Nayaga était là. C'était une humain tout ce qu'il y a de plus banale, arrivant en fin de vie mais qui avait toujours aidé les gens dans le besoin. Alors quand le coyote avait débarqué chez elle, quinze ans auparavant, avec une missive de son père à elle, datant du siècle précédent. Dès lors, elle à considérer cet être étrange comme son fils. Mais passons, ce n'est pas son histoire que je dois vous conter mais celle de la petit Arthémys.

-C'est le seigneur jaguar qui choisi pour nous petit panthère... Bien que dirais-tu de manger une glace ?!

Ainsi, l'enfant eu une enfance heureuse, loin des humains. Jusqu'au jours ou Aaron et Nayaga moururent sous ses yeux. Une balle entre les deux yeux alors qu'ils protégeaient la petite d'un chasseur de démon. Sous le coup de la colère, elle prit sa forme féline pour la première fois et tua l'humain. Rapidement, une haine féroce naquit en elle pour la race humaine et elle ne se lassait pas de les tuer, provoquant une terreur féroce avant les achever.

Ainsi, le jour de ses dix-sept ans elle reçut une lettre pour entrer au Lycée Yokai, un endroit où elle fréquenterait des gens comme elle. Au début elle pensait refuser mais pouvait-elle réellement rejeter un établissement qui lui permettrait d'acquérir plus de force et de puissance pour se venger des humains ? Non, la réponse c'était imposée d'elle même

Sa première année se déroula sans heurt conséquent mais elle resta très solitaire et taciturne, s'améliorant rapidement. En deuxième année, elle découvrit qu'elle pouvait manipuler les mâles en couchant avec et s'en servir pour obtenir tout ce qu'elle voulait. En troisième année, les choses se gâtèrent, on commençait à l'éviter, elle utilisait ses dons pour satisfaire son appétit sexuelle, mais là les autres femmes s'en mêlèrent et elle prit une sacrée raclé. Dès lors, Arthémys se renferma a  nouveau sur elle même, devenant un garce aux yeux de presque tout le monde, couchant toujours avec des hommes mais se cachant un peu plus. Elle passait le plus clair de son temps en Panthère sauf lors des cours ou elle prenait une apparence mi humaine mi féline, hybride.

C'est ainsi que débute notre histoire, venez suivre Arthémys lors de sa quatrième et dernière année d'étude, voyons comment va-t-elle évoluer....
fiche
  • Sûre d'elle
  • Sulfureuse
  • Loyale
  • Haineuse
  • Pleine de Luxure
  • Grande gueule
searching for...
● Amis :0/5
● Connaissances :0/10
● Amants : 0/5
● Amantes : 0/5
● Amour : 0/1
● Ennemis : 0/2
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Les liens de la panthère ♥   Mar 14 Juil - 19:20

NOM Prénom Âge

liste des rps
  • Adjectif 1
  • Adjectif 2
  • Adjectif 3
  • Adjectif 4
  • Adjectif 5
Description.
Description.
  • Adjectif 1
  • Adjectif 2
  • Adjectif 3
  • Adjectif 4
  • Adjectif 5
liste des rps

NOM Prénom Âge

NOM Prénom Âge

liste des rps
  • Adjectif 1
  • Adjectif 2
  • Adjectif 3
  • Adjectif 4
  • Adjectif 5
Description.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Les liens de la panthère ♥   Ven 17 Juil - 22:28

Bon faudra attendre un peu pour le rp, mais je veux réserver un lien ♥
Je n'ai pas d'idée, mais moi tous les liens me plaisent ! (Sauf si c'est trop simplet)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Les liens de la panthère ♥   Jeu 17 Sep - 15:19

Archivé
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Les liens de la panthère ♥   Jeu 17 Sep - 15:27

Archivé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les liens de la panthère ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les liens de la panthère ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Liens de la Panthère Noire [Aomine Daiki ~]
» Fiche de liens d'une panthère
» patrouille de griffe de panthère
» mes sources et liens
» Liens emule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Yokai V2 :: Les ArchivesArchives :: Archives :: Archives Demandes-